Envoyer à un ami

Changer la taille

  • 12
  • 14
  • 16
  • 18

Ecouter le texte

Connexion


Vous n'avez pas
encore de compte ?

Inscrivez-vous et personnalisez votre espace personnel en cliquant sur le lien suivant :

Créer un compte
BIBLIOTHÈQUE  Actualité culturelle      Rétrospective de l'action culturelle      Saison culturelle 2010-2011    La Bretagne fait son cinéma

La Bretagne fait son cinéma

Exposition

Du 3 mars au 28 août 2011 - Salle Anita Conti

Comment le cinéma a-t-il filmé la Bretagne ? Comment s'y est-il développé ? Panorama artistique et travelling historique, La Bretagne fait son cinéma entend montrer ces deux côtés de l'écran. À l’affiche également : quelques spécificités rennaises ainsi que le cinéma contemporain récent.

Affiche exposition la Bretagne fait son cinéma

Rapidement après la découverte du cinématographe en 1895, la Bretagne est portée à l'écran.

Fascinés par son cadre authentique et sauvage, de nombreux cinéastes arpentent son territoire. Près de 300 longs-métrages de fiction ont été tournés en Bretagne, depuis un siècle.

L’imaginaire de la Bretagne se nourrit d’abord de mélodrames maritimes. Les cinéastes sont inspirés par le littoral, les îles, les tempêtes, les ports, les phares, une luminosité à nulle autre pareille.

Marins taciturnes et femmes de caractère, les films s’ancrent parfois dans des personnages stéréotypés : Bécassine, le curé, la bigoudène, l’alcoolique...

Par-delà les particularismes bretons, d’autres films sortent des sentiers battus et trouvent un caractère universel tels les peintures acerbes de la bourgeoisie de Claude Chabrol, l’épopée historique de Bertrand Tavernier, le road-movie de Manuel Poirier ou la chronique adolescente de Riad Sattouf.

Quant au cinéma militant, développé après Mai 68, il est un genre particulièrement riche dont René Vautier est l’une des figures incontournables.

La Bretagne fait son cinéma a été créée en 2010 au Château de Kerjean (Finistère). Outre le contexte rennais, l’exposition présentée aux Champs Libres met aussi en valeur le cinéma contemporain récent, avec toute une génération de réalisateurs (Christophe Honoré, Pierre Trividic, Marie Hélia, Katell Quillévéré, Laurent Perreau, Riad Sattouf…) qui a posé ses caméras en Bretagne depuis 2005, aidée par le bureau d’accueil des tournages de la Région Bretagne.


L'histoire passe par Rennes

Le cinéma Omnia-pathe à Rennes en 1990

C’est à Rennes qu’a lieu en juillet 1896 la première projection bretonne. L’histoire des salles est largement contée. En Bretagne, le rôle de l’Église a été
plus important que dans d’autres régions. Par prosélytisme, elle a structuré un vaste réseau de salles paroissiales dont des ramifications perdurent encore aujourd’hui. L’actuelle Société Rennaise de Diffusion Cinématographique (SOREDIC) en est issue. Sans lien avec le clergé, elle assure toujours la programmation de salles indépendantes de l’Ouest et gère le circuit des Cinévilles.

L’exposition s’attarde sur quelques spécificités rennaises : Jean Sullivan et son célèbre ciné-club, La Chambre Noire qui a formé des générations de cinéphiles dans les années 1950/1960, puis la salle art & essai Arvor pour les années 1970/1980. Rennes est également un berceau du cinéma d’animation. Depuis quinze ans, les sociétés JPL Films et Vivement Lundi ont révélé des cinéastes (Bruno Collet, Philippe Julien, Emmanuelle Gorgiard, Sophie Roze…) qui raflent les prix dans les festivals nationaux et internationaux.

Vers le haut


L'exposition

Les Yeux de sa mère

Pour les Champs Libres, l’exposition a été imaginée tel un plateau de tournage où le visiteur arpente librement une dizaine d’espaces thématiques : « L’histoire-caméra », « La mer revisitée », « Pittoresque », « L’envers du décor », etc.. Franchissant la façade reconstituée du cinéma rennais Omnia-Pathé, enjambant des extraits de dialogues inscrits au sol, s’installant dans une salle de projection ancienne, le spectateur s’immerge dans les espaces grâce à une multitude d’outils (vidéos, affiches, scénarios, magazines, photographies de tournages, maquettes, costumes…).

L’exposition La Bretagne fait son cinéma ne retrace pas l’histoire du cinéma dans la région de manière linéaire. Zoom arrière, zoom avant, le visiteur circule au gré de ses désirs dans les dix espaces thématiques disposés de part et d’autre d’équipements de tournage (rail de travelling, projecteurs, perches, claps, grues, louma…).

Bienvenue des deux côtés de l’écran pour plonger dans le 7e Art !

Vers le haut


La programmation culturelle

6 avril 2011 - Terre-Neuve avec Jacques Pellen

Portrait de Jacques Pellen

Ciné-concert constitué d’images du Père Yvon, tournés sur les bancs de Terre-Neuve, accompagné par Jacques Pellen, guitariste et compositeur breton. Ce ciné-concert a été suivi d’une rencontre avec Gilbert Le Traon et Jean-François Delsaut de la Cinémathèque de Bretagne.

Jean-Marie Le Quéau le 28 novembre 1888 à Guengat près de Quimper, le Père Yvon affrète, avec l’aide de la Société des œuvres de mer, le navire hôpital Saint-Yves qui vient en aide aux malades et aux blessés sur les bancs de Terre-Neuve. Il réalise alors une série de films sur la vie de ces hommes durant leurs campagnes de pêche. Ces films permettaient de lever des fonds pour financer différentes œuvres. Un témoignage fort, émouvant et magistralement mis en musique.

9 avril 2011 - Rencontres avec Christophe Honoré

Portrait de Christophe Honoré

Deux tables rondes pour aborder, d'une part, le travail de création de l’écrivain, scénariste et réalisateur, Christophe Honoré, et, d'autre part, sa vision de la famille.

Entre littérature pour adultes et livres pour enfants, textes dramatiques et scénarios, mise en scène pour le théâtre et réalisations pour le cinéma ou la télévision, la créativité de Christophe Honoré s'exprime de multiples façons, sur tous les supports, mais aussi dans tous les genres - de la comédie dramatique à la comédie musicale en passant par l'adaptation de grands auteurs tels que Madame de La Fayette ou Georges Bataille.

Or l'éclectisme peut parfois paraître suspect. Pour battre en brèche cet a priori, ou le reformuler, nous essaierons, lors de cette première discussion avec l'artiste, de comprendre la logique de son parcours et de cerner l'identité d'un style à travers la diversité de ses manifestations.

À l'échelle d'un couple amoureux ou d'une famille, d'un groupe de lycéens ou d'une fratrie, les réalisations de Christophe Honoré mettent souvent en œuvre un événement (rencontre, disparition, rupture, trahison), non seulement pour lui-même, mais aussi pour observer la façon dont cet événement modifie les communautés qui le répercutent : car c'est à chaque fois à partir d'une telle modification que le récit se construit et prend son essor.

Au cours de cette deuxième discussion avec l'artiste (et l'un de ses proches collaborateurs), on se demandera en quoi Christophe Honoré, dans ses récits, choisit des angles d'attaque inattendus pour aborder des sujets de société aussi complexes et délicats que le deuil et la séparation, les intermittences du désir, ou encore la tension entre l'inscription harmonieuse dans le groupe et la fidélité à soi-même et à ses aspirations propres.

Réécouter les rencontres avec Christophe Honoré :

13 avril 2011 - Arrêt sur images : les coulisses du cinéma d’animation avec Jean-Claude Rozec

Monstre sacré, ou l'histoire d'un dinosaure est un court-métrage d'animation réalisé par Jean-Claude Rozec en 2007 produit par JPL films.

Jean-Claude Rozec, étudiant en lettres modernes, découvre le cinéma d'animation à l'université Rennes 2. Au sein de la société de production rennaise JPL films, il se familiarise peu à peu avec les techniques du film d’animation.

En 2010, il crée Cul de bouteille produit par Vivement lundi ! : l’histoire d’un petit garçon myope qui refuse de porter des lunettes et voit des créatures fantastiques. Un autre grand succès dans les festivals du monde entier !

Une rencontre avec cet illustrateur, story-boarder et animateur 2 D, plusieurs fois primés dans les festivals du monde entier.

Extrait du film Monstre sacré, ou l'histoire d'un dinosaure :

17 avril 2011 - Rencontre avec René Vautier

Projection de Marée noire, colère rouge, film tourné en 1978 suite au naufrage de l'Amoco Cadiz, qui était suivie d'une rencontre avec l’un des plus grands cinéastes militants.

Extrait du film Marée noire, colère rouge de René Vautier :

20 avril 2011 - Duel avec Olivier Mellano

Le film de Steven Spielberg est revisité par le compositeur et guitariste Olivier Mellano, artiste phare de la scène des musiques actuelles. Il aborde cette fascinante coursepoursuite avec une énergie très rock, puissante et envoûtante, amplifiant le suspense et l’étrangeté du film.

Interview d'Olivier Mellano sur le ciné-concert :

28 avril 2011 - Rencontre avec Pascale Breton et Éric Thouvenel

Pascale Breton est la réalisatrice du film Illumination (2003) et Éric Thouvenel, spécialiste du cinéma à l’université Rennes 2. Le film Illumination de Pascale Breton a été projeté le mercredi 27 avril à 20h au Tambour (Université Rennes 2).

Regarder la bande - annonce d'Illumination de Pascal Breton :

5 mai 2011 - Hommage à Jean Sulivan

Prêtre à Rennes avant d’être écrivain, Jean Sulivan a notamment créé La chambre noire, ciné-club légendaire d’art et d’essai des années 50-60.

Vers le haut


Quelques affiches de films tournés en Bretagne

En bonus un extrait du film de Marie Hélie, Microclimat :

Vers le haut


En savoir encore plus sur la Bretagne et son cinéma :

Vers le haut


Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire


Venir à la Bibliothèque

Adresse

10 cours des Alliés

35000 Rennes, France

Téléphone

02 23 40 66 00

Métros : Charles de Gaulle & Gares

Horaires

La Bibliothèque est ouverte :

  • du mardi au vendredi de 12 h à 19 h
  • le samedi et le dimanche de 14 h à 19 h

Fermeture les lundis et les jours fériés (ainsi que les dimanches de Pâques et de Pentecôte)
Horaires modifiés pendant les vacances scolaires et en juillet-août

En savoir plus

Plan d'accès

Les Champs Libres sur les réseaux