Envoyer à un ami

Changer la taille

  • 12
  • 14
  • 16
  • 18

Ecouter le texte

Connexion


Vous n'avez pas
encore de compte ?

Inscrivez-vous et personnalisez votre espace personnel en cliquant sur le lien suivant :

Créer un compte
BIBLIOTHÈQUE  Actualité culturelle      Rétrospective de l'action culturelle      Saison culturelle 2009-2010    Les Inuits-Groenland, hommes|racines

Les Inuits-Groenland, hommes|racines

Parcours photographique

Du 2 mars au 29 août 2010 - Escalier de la Bibliothèque

Après les Gwitchins (en 2008), qui luttent contre le lobby pétrolier américain et les Aymaras (en 2009) de retour au pouvoir en Bolivie, le parcours photographique hommes|racines se poursuit avec les Inuits du Groenland.

Avec le même souci de présenter des images témoignant du lien des cultures autochtones avec notre actualité, Pierre de Vallombreuse nous a emmené dans les pas des Inuits qui s'appuient sur leurs traditions et leurs savoirs essentiels pour s'adapter à leur environnement.

L'exposition, après un détour par la vision « attendue » du Groenland (avec la banquise et les icebergs) nous a fait découvrir sous un angle méconnu les Inuits (« les gens ») qui vivent sur les côtes rocheuses et s'avèrent être non seulement de bons pêcheurs et chasseurs de phoques mais aussi de talentueux éleveurs de moutons.

En parallèle à leur avancée vers plus d'autonomie (vis-à-vis du Danemark), les Inuits vivent aux premières loges pour constater les effets du réchauffement climatique, avec la dérive d'icebergs, la diminution de l'épaisseur de la banquise, la menace d'extinction des ours blancs, etc.

Face à cette menace, le peuple inuit tente de s'adapter à son environnement, jusque dans ses aspects les plus extrêmes, comme il l'a toujours fait.


Le parcours photographique

L’exposition débutait dans le nord du pays avec des photographies « attendues » lorsque l’on évoque le Groenland : vues d’icebergs et de banquise. On passait ensuite à la ville d’Ilulissat (4 500 habitants), ville importante au niveau de la pêche et du tourisme. Suivaient d’autres photographies illustrant les principales activités du nord du pays telles que la pêche en mer et la pêche au phoque. Une vue du tarmac d’un aéroport permettait de faire la transition vers la partie présentant le sud du pays, avec des paysages verdoyants et des activités moins connues au Groenland telles que l’élevage de moutons. La vie politique était représentée par deux clichés montrant l’ouverture de la session du parlement groenlandais. Enfin, les dernières photographies illustraient la capitale, Nuuk, ville moderne.

Avant l’arrivée du grand froid, fin septembre, les éleveurs de moutons rassemblent leurs troupeaux installés dans les collines pour les conduire au bord des fjords. Une fois en enclos, les moutons sont acheminés par bateau vers les abattoirs de Narsaq.

Les régions du sud-ouest autour du village de Qassiarsuk possèdent le climat le plus doux du Groenland. Elles sont propices à l’élevage de moutons, un héritage de la présence des Vikings il y a 1 000 ans.

Le fjord glacé d’Ilulissat, un des fjords de glace les plus actifs de l’hémisphère nord, est classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Le petit bateau de la Disko Line dessert deux fois par semaine les villages et les îles isolés de la côte nord et de la baie de Disko. Il permet le transport de marchandises, du courrier et de personnes. Le trajet, long de douze heures, se fait à travers les icebergs et les étendues de mer gelée. Il est particulièrement impressionnant de nuit à la lumière des projecteurs et aux sons des sonars et des radars.

Au Groenland, la chasse au phoque est restée traditionnelle et artisanale. Les Inuits la pratiquent pour répondre à des

besoins alimentaires (viande et huile) et non pour des raisons commerciales où les phoques sont massacrés et dépecés pour

leur fourrure.

Selon un rituel ancien, le jour de l’ouverture de la nouvelle cession du gouvernement (ici le 25 septembre 2009), les nouveaux élus du Parlement traversent en habits traditionnels les rues de Nuuk, la capitale du Groenland, pour se rendre à l’église puis au Parlement. Le 25 novembre 2008, un référendum a été organisé portant sur l’autonomie du Groenland : 75 % des électeurs ont voté en faveur d’une autonomie accrue et d’un partage des revenus des ressources naturelles avec le Danemark.

Reportage France 3 du 2 mars 12/13 Haute-Bretagne sur l'exposition Les Inuits-Groenland.

Vers le haut


Les Inuits du Groenland

La population inuit s'élève à 150 000 personnes, réparties sur un territoire comprenant l'Alaska, le nord du Canada, le Groenland et la Sibérie en Russie. Depuis une cinquantaine d'années, leurs sociétés ont profondément changé. Les Inuits vivaient traditionnellement au sein de petites communautés dépendant de la chasse et de la pêche de baleines, de phoques et autres animaux arctiques. Aujourd'hui, la population est de plus en plus concentrée dans les centres urbains du grand nord. Au Groenland, comme au Canada dans la province de Nunavut, les Inuits possèdent leur propre gouvernement et déterminent leurs priorités de développement. En 2008, les Groenlandais ont acquis par référendum une plus grande autonomie au sein du Danemark. En 2009, le parti indépendantiste a gagné les élections, ouvrant ainsi la voie à une pleine indépendance dans les années à venir. Le principal défi pour ce peuple réside dans le fait de pouvoir concilier l'exploitation des ressources naturelles, la préservation de son environnement, de plus en plus fragilisé par le changement climatique, et le respect de sa culture.

Extrait du documentaire, "Expert Mechanism", présenté part le Haut-Commisariat des Nations Unies des Droits de l'Homme et L'IWGIA (International Work Group for Indigenous Affairs) - 2009

Vers le haut


Autour de l'exposition

Michèle Therrien

3 avril 2010 - Groenland, les Inuits construisent leur indépendance.

Les Groenlandais, branche la plus orientale du grand peuple inuit, furent progressivement colonisés par le Danemark au XVIIIe siècle. Depuis 1978, ils se sont engagés dans une autonomisation progressive. Bien qu'ils dépendent toujours d'une enveloppe annuelle de 500 millions d'euros et d'un appui logistique fourni par le Danemark, ils se sont détachés en 1982 de la communauté européenne. Un référendum entré en vigueur en juin 2009 a ouvert la voie à l'indépendance à un moment stratégique : celui où les immenses ressources du pays, rendues accessibles par le réchauffement planétaire, sont de plus en plus convoitées.


Henriette Rasmussen a été ministre de la culture du Groenland ; elle est journaliste.

Michèle Therrien est professeure des universités à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco).

Interview de Pierre de Vallombreuse :

Dans le cadre du parcours photographique hommes|racines aux Champs Libres à Rennes, Pierre de Vallombreuse commentait ses photographies de l'exposition Les Inuits - Groenland.


Plus loin avec les hommes|racines

En complément des expositions, des rencontres et des conférences, des démarches pédagogiques, le parcours se poursuit sur le site Internet www.hommes-racines.fr

En synergie avec l’ensemble des projets, le site Internet permet le suivi des reportages, l’archivage d’informations (images, liste d’ouvrages, documents etc.) offrant également un outil pédagogique de référence. Il vise à sensibiliser par l’image (en puisant dans le fonds photographique), à informer et à permettre les échanges sur les thématiques de la diversité des savoirs et des cultures et de la protection de l’environnement.

Vers le haut


Pour en savoir plus sur l'ensemble des éditions d'« hommeslracines » :

Affiche exposition Hommes racines
Hommes racines
Affiches exposition Les Hadzabes
Hadzabes
Affiches exposition Les Inuits
Inuits
Affiches exposition Les Aymaras
Aymaras
Affiches exposition Les Gwitchins
Gwitchins
Affiches exposition Peuples
Peuples

Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire


Venir à la Bibliothèque

Adresse

10 cours des Alliés

35000 Rennes, France

Téléphone

02 23 40 66 00

Métros : Charles de Gaulle & Gares

Horaires

La Bibliothèque est ouverte :

  • du mardi au vendredi de 12 h à 19 h
  • le samedi et le dimanche de 14 h à 19 h

Fermeture les lundis et les jours fériés (ainsi que les dimanches de Pâques et de Pentecôte)
Horaires modifiés pendant les vacances scolaires et en juillet-août

En savoir plus

Plan d'accès

Les Champs Libres sur les réseaux