Envoyer à un ami

Changer la taille

  • 12
  • 14
  • 16
  • 18

Ecouter le texte

Connexion


Vous n'avez pas
encore de compte ?

Inscrivez-vous et personnalisez votre espace personnel en cliquant sur le lien suivant :

Créer un compte
BIBLIOTHÈQUE  Actualité culturelle      Rétrospective de l'action culturelle      Saison culturelle 2009-2010    La vérité de cette vie... Louis Guilloux et ses proches

La vérité de cette vie... Louis Guilloux et ses proches

Exposition

Du 15 septembre 2009 au 3 janvier 2010

Comment naît l’écrivain Louis Guilloux (1899-1980) ? Quelles sont ses sources d’inspiration, l’influence de ses proches sur son écriture ? Comment travaillait-il ou retravaillait-il ses textes dans un souci de concision, pour transmettre au mieux la réalité qu’ils vécurent, marquée par la guerre, les luttes mais aussi l’amitié et
la fraternité ?

Affiche Louis Guilloux exposition

Après quelques repères bio-bibliographiques, son bureau de travail nous attendait : quatre œuvres liées à son origine familiale y étaient présentées. Lettres et brouillons d'archives, objets d'époque, interviews et chansons expliquent l'écriture de La Maison du peuple, Compagnons, Angélina et Le Pain des rêves.

Une invitation pour entrer en compagnie de l'écrivain Louis Guilloux et découvrir des documents inédits et précieux, exposés avec simplicité.

Une exposition de la Bibliothèque des Champs Libres, en collaboration avec la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc, la Société des amis de Louis Guilloux et son pôle rennais, et l'université Rennes 2.


Qui est Louis Guilloux ?

La vérité de cette vie, ce n'est pas qu'on meurt, c'est qu'on meurt volé. Journal de Louis Guilloux

Louis Guilloux naît à Saint-Brieuc en 1899, d'un père cordonnier comme il le raconte dans La Maison du peuple, son premier ouvrage paru en 1927. Malgré quelques séjours à Paris et Angers, toute sa vie durant il reste attaché à sa ville natale, dans laquelle il situe l'action de plusieurs de ses romans.

Son œuvre majeure Le Sang noir manque de peu le Prix Goncourt en 1935. Dans ce roman qui se déroule sur une journée, en 1917, certainement à Saint-Brieuc, même si la ville n'est pas nommée, Guilloux caricature un singulier professeur de philosophie, Cripure, moqué par ses élèves et par les habitants de la ville. Même si le cadre est à l'écart du front, Le Sang noir se déroule dans le climat pesant de la Première Guerre mondiale, et Guilloux évoque une émeute de conscrits ainsi que les exécutions des mutins, notamment du Chemin des Dames...

Sylvie Golvet et Grégoire Leménager © Les amis de Louis Guilloux

Lors de l'inauguration avec le maire de Rennes © Les amis de Louis Guilloux

Un carnet que L. Guilloux "exploitera" pour écrire "Angelina" - Bibliothèques municipales de Saint-Brieuc - fonds Louis Guilloux © Les amis de Louis Guilloux

Sylvie Golvet qui commente l'exposition © Les amis de Louis Guilloux

© Les amis de Louis Guilloux


Conférences et rencontres autour de l'exposition

30 septembre 2009 - Le Sang noir de Louis Guilloux

Conférence Sang noir dans le cadre de l'exposition Louis Guilloux

Avec Sylvie Golvet (docteur ès lettres et chargée de la conception scientifique de l'exposition en cours), Grégoire Leménager (agrégé de lettres et journaliste au Nouvel Observateur) et Michèle Touret (professeur émérite, université Rennes 2).

L'histoire du Sang noir se passe en 1917, au moment où commencent les mutineries, au cours d'une seule journée dans une ville de l'arrière, dont les habitants paraissent au long du récit. C'est le dernier jour de l'existence pitoyable d'un professeur de philosophie, Monsieur Merlin surnommé Cripure par ses élèves, personnage inspiré de Georges Palante. En complément de l'exposition La vérité de cette vie... Louis Guilloux et ses proches, une causerie à trois sur l'œuvre qui a apporté la célébrité à Louis Guilloux. Sylvie Golvet , Grégoire Leménager  et Michèle Touret ont échangé librement sur Le Sang noir, roman le plus connu de Louis Guilloux.

15 octobre 2009 - L’Art déco à Rennes, des immeubles et des hommes

Yvon Le Men

Créé par le conseil général des Côtes-d’Armor en 1983, le prix Louis-Guilloux est décerné à l’auteur d’un roman ou récit en langue française se situant dans la lignée littéraire de Louis Guilloux. Le jury, présidé par le poète Yvon Le Men, a choisi de récompenser Bernard Chambaz pour Yankee paru en août 2008 aux éditions du Panama.

Café animé par Yvon Le Men, poète à l’œuvre abondante, et fondateur avec Michel Le Bris du festival Étonnants Voyageurs.

Bernard Chambaz est romancier, poète (lauréat du prix Apollinaire 2005), essayiste, il enseigne l’histoire et publie régulièrement depuis 1983. Prix Goncourt du premier roman en 1993 pour L’Arbre de vies (François Bourin, 1992), il a conquis un large public avec Martin cet été (Julliard, 1994). Son amour du cyclisme l’a conduit à faire le Tour de France en 2003 (À mon tour, Seuil, 2003) et le Giro (Evviva l’Italia, Panama, 2007). C’est en connaisseur qu’il a écrit une histoire du journal fondé par Jaurès, L’Humanité, 1904-2004 (Seuil, 2004). Yankee est de deuxième volume de la trilogie « Mes disparitions » débutée en 2005 par Kinopanorama, et dont le dernier volume Ghetto a été publié en septembre 2009.

Louis Guilloux l'insoumis

18 octobre 2009

Un film de Rolland Savidan et Florence Mahé, 70 min, 2009, production Société des amis de Louis Guilloux et RS productions.

Un enregistrement sonore oublié de l’écrivain, découvert à l’Institut national de l’audiovisuel (INA), sert de fil rouge à ce film : « Louis Guilloux, qui avait l’art d’esquiver les questions, parle de lui, à micro-ouvert, sans être interrompu », explique Rolland Savidan. L’exercice, difficile pour l’auteur du Sang noir, ne dure qu’une trentaine de minutes : suffisamment pour donner, trente ans après, une force extraordinaire au moyen métrage qui lui est consacré.

L’écrivain reconnu, admiré, couronné par le prix Renaudot en 1949 pour Le jeu de patience, n’oublia jamais ses origines. Une intégrité qui fait dire à Jean Daniel, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur : « Si on veut avoir conscience de l’âme littéraire du peuple, on ne peut se passer de Louis Guilloux ». Un peuple qui a cru, au siècle dernier, à un monde plus juste.

« L’immense espoir d’une vie fraternelle (...) semble quelque chose, aujourd’hui, de dérisoire », constate Louis Guilloux en 1978. Pourtant, « ce professeur de doutes » comme le dit le metteur en scène Marcel Maréchal, celui qui se refusa toujours à devenir un maître à penser, est trop profond pour se laisser aller à un pessimisme confortable. « La vie est magnifique, vivre est splendide : c’est une joie et un cadeau extraordinaires dont nous ne savons pas profiter ».

26 novembre 2009 - Le pain des rêves, du manuscrit au livre

Avec Sylvie Golvet à l'université Rennes 2

Le Pain des rêves (1942) est consacré aux souvenirs de la première enfance de Louis Guilloux, il s’agit d’une description sans concession de la pauvreté vécue au quotidien. Quelle a été la genèse du Pain des rêves ? Comment Louis Guilloux a-t-il élaboré le montage de l’œuvre ? Comment montre-t-il la réalité quotidienne ? Le roman met en scène principalement deux personnages, le grand-père et la cousine Zabelle. Une histoire de famille ? Un échange pour se familiariser avec l'œuvre de Louis Guilloux entre Sylvie Golvet (docteur ès lettres à l’université Rennes 2 et chargée de la conception scientifique de l'exposition), Francine Dugast et Michèle Touret (professeurs émérites, université Rennes 2).

D'autres vidéos et images sur le site des amis de Louis Guilloux

Vers le haut


Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire


Venir à la Bibliothèque

Adresse

10 cours des Alliés

35000 Rennes, France

Téléphone

02 23 40 66 00

Métros : Charles de Gaulle & Gares

Horaires

La Bibliothèque est ouverte :

  • du mardi au vendredi de 12 h à 19 h
  • le samedi et le dimanche de 14 h à 19 h

Fermeture les lundis et les jours fériés (ainsi que les dimanches de Pâques et de Pentecôte)
Horaires modifiés pendant les vacances scolaires et en juillet-août

En savoir plus

Plan d'accès

Les Champs Libres sur les réseaux