Envoyer à un ami

Changer la taille

  • 12
  • 14
  • 16
  • 18

Ecouter le texte

Connexion


Vous n'avez pas
encore de compte ?

Inscrivez-vous et personnalisez votre espace personnel en cliquant sur le lien suivant :

Créer un compte
BIBLIOTHÈQUE  Actualité culturelle      Rétrospective de l'action culturelle      Saison culturelle 2007-2008    La passion Jarry

La passion Jarry

Exposition

Du 7 novembre 2007 au 6 janvier 2008 - salle La Borderie

Alfred Jarry, inventeur de la pataphysique, est mort il y a cent ans, le 1er novembre 1907. Il a passé comme un éclair dans la vie littéraire française et sa renommée est volontiers confondue avec celle du Père Ubu, figure désormais universelle, grotesque et cynique, ridiculisant la sottise et la méchanceté humaines. C'est au cours de sa scolarité au lycée Émile-Zola à Rennes qu'Alfred Jarry a créé le personnage du Père Ubu en s'inspirant très librement de son professeur de physique.

Affiche la Passion Jarry

Il a passé comme un éclair dans la vie littéraire française, n'illuminant qu'un bref instant son firmament, mais la bouleversant durablement d'un impact dévastateur. Cette exposition présentait sous un jour original Alfred Jarry (1973-1907), dont la renommée est volontiers confondue avec du Père Ubu, figure désormais universelle, grotesque et cynique ridiculisant la sottise et la méchanceté humaines.

Les textes de la Passion Jarry ont été rédigés par Patrick Besnier, professeur de littérature à l'Université du Maine et grand spécialiste de Jarry.

Déterminé à faire mieux connaitre l'écrivain magnifique, aux talents multiples, trop souvent dissimulé sous le masque d'Ubu, P. Besnier a tenté, et réussi, le pari de proposer une approche simple, parce que très épurée, mais complète et rigoureuse, de sa vie tumultueuse et de son œuvre multiforme, en prenant soin de les replacer dans le contexte artistique des années 1900, littérature, théâtre, peinture, musique : Jarry est de toutes les révolutions. 

À l'occasion du centenaire de sa mort, la Bibliothèque accueillait cette exposition réalisée par la Ville de Laval.


L'exposition

Les boîtes de l'exposition Jarry en salle La Borderie

Patrick Besnier et Jos Pennec, président de l'Association Amélycor, ont choisi de restituer l'auteur et son œuvre dans le contexte artistique du début du siècle.

L'exposition se présentait sous forme de boîtes sur pieds en bois, toutes d'un même format, qui s'ouvraient comme des théâtre, et dans lesquelles on trouvait des cartes, des peintures, des objets qui entraient en résonance avec les écrits de Jarry et les fréquentations qui furent les siennes.

Le spectateur était invité à marcher dans les pas d'Alfred Jarry, en un parcours qui alternait dix lieux réels (de la ville natale de la « Grande Chasublerie », son ultime refuge, en passant par le Lycée de Rennes, le salon de Mallarmé...) et dix lieux imaginaires auxquels il a donné consistance dans son œuvre (la Pologne d'Ubu-Roi, les îles de Faustroll, le Paris de Maldoror, le Golgotha de « la Passion considérée comme une course de côté »...)

L'exposition fut présentée le 7 novembre 2007 par Patrick Besnier et Jos Pennec.

Faire la visite virtuelle de l'exposition réalisée par la Ville de Laval


Boîte 3 - Rennes : Le lycée

Marionnette à l'effigie d'Ubu, confectionnée par Alfred Jarry. Félix-Frédéric Hébert, le "modèle" du Père Ubu.

A la rentrée d'octobre 1888, le jeune Alfred Jarry entre en classe de rhétorique (c'est -à-dire de première) au Lycée de Rennes. il découvre un professeur de physique extraordinairement chahuté : M. Hébert.

Félix Hébert est un monsieur sérieux : ancien élève de l'École normale supérieure (ENS), agrégé de physique, docteur ès sciences avec une thèse sur « Les Lois des grands mouvements de l'atmosphère et la formation de la translation des tourbillons aériens ». Tant de titres lui font à coup sûr mériter d'être chahuté !

Chahuté, il l'a été dès 1881, date de son arrivée à Rennes, pour ses nombreux ridicules dans son apparence et dans sa façon de s'exprimer. Surnommé le « Père Hèb » ou « P.H. », il devient pour ses élèves le sujet de récits extravagants... Deux élèves en particulier, les frères Charles et Henri Morin, recueillent les récits et les chansons sur le « Père Hèb » et les confient à leur ami Jarry.

Presque aussitôt ce dernier monte une de ces pièces, Les Polonais, sur un petit théâtre de marionnettes. Quelques années plus tard, en 1896, modifiant à peine le texte, il le publie puis le fait jouer dans une atmosphère de scandale :  Le « Père Hèb » est devenu le Père Ubu.


Les rendez-vous autour de l'exposition

9 novembre 2007 - Une heure impertinente avec Jarry

Théâtre de la Folle Pensée

Café littéraire avec le Théâtre de Folle Pensée

Une heure avec Jarry s'attache à faire découvrir une œuvre, mais aussi l'esprit d'insolence de ce (jeune) homme de lettres en prise avec son temps, inventeur de la « la science des solutions imaginaires », non-conformisme absolu dans sa pensée comme dans sa vie quotidienne.

Autour d'un verre et de quelques surprises, le Théâtre de Folle Pensée proposait des excursions ludiques dans une œuvre dont une grande partie est méconnue. Humour et improvisation étaient au rendez-vous de ce spectacle en mouvement...

Alfred Jarry est né à Laval en 1973. Il a vécu à Saint-Brieuc (où il a écrit ses premiers poèmes) puis à Rennes. On célébrait en 2007 le Centenaire Alfred Jarry dans ces trois villes mais aussi dans le monde (il existe des collèges de pataphysiques dans plusieurs pays).

14 novembre 2007 - Un siècle d'écrivains : Alfred Jarry

Les rencontres de la Bibliothèque avec un film de Jean-Christophe Averty, 1995, 45 min. 

Portrait bibliographique de l'écrivain Alfred Jarry, potache atypique qui courut trente-trois ans durant après sa mort. Un hommage bruyant et désespéré illustré par l'énorme documentation que Jean-Christophe Averty a accumulée depuis 50 ans.

Également dans le cadre du mois du film documentaire

21 novembre 2007 - Chanson pour Alfred Jarry : récital d'Hélène Delavault

Portrait Hélène Delavault

Dès La Tragédie de Carmen, revisitation par Peter Brook de l'opéra de Bizet, qui triompha dans le monde entier dans les années 81, Hélène Delavault prit des chemins de traverse pour chanter, outre Offenbach, Monteverdi et Schubert, nombre de compositeurs de son temps (Aperghis, Hersant, Jolas, Koering, Prin, Dusapin...) et créer ses propres spectacles, à la frontière du classique et du cabaret. 

Le Tango stupéfiant, La Républicaine, L'Absinthe, Les Rues de la Nuit, Le Mot et la Chose, Liturgies pour un Monde de Paix, Femmes... femmes ! l'ont conduite de Berlin à New York et Tokyo.

Comme elle aime autant les mots que la musique, elle participe régulièrement au cercle d'écrivains des Papous dans la tête de France Culture.

Elle a écrit et joué récemment sa première pièce de théâtre (avec chansons !) Yvette et Sigmund ou les Gants noirs de la Psychanalyse, au Théâtre de Cornouaille et au Théâtre du Rond-Point avec Jean-Pierre Drouet.

Pour le Théâtre de la Renaissance en 2006 et 2007, elle a traduit les paroles de la comédie de Kurt Weill One touch of Venus, dont elle a également chanté le rôle-titre.

En 1993, Hélène Delavault avait déjà joué et chanté Alfred Jarry, en adaptant en « opérette moderne », avec Patrick Besnier et Marcel Bozonnet, Le Surmâle (musique de Bruno Gillet aux éditions Actes Sud).

Vers le haut


Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire


Venir à la Bibliothèque

Adresse

10 cours des Alliés

35000 Rennes, France

Téléphone

02 23 40 66 00

Métros : Charles de Gaulle & Gares

Horaires

La Bibliothèque est ouverte :

  • du mardi au vendredi de 12 h à 19 h
  • le samedi et le dimanche de 14 h à 19 h

Fermeture les lundis et les jours fériés (ainsi que les dimanches de Pâques et de Pentecôte)
Horaires modifiés pendant les vacances scolaires et en juillet-août

En savoir plus

Plan d'accès

Les Champs Libres sur les réseaux